de MARLE

Adèle “Ade” de MARLE

Name
Adèle “Ade” de MARLE
Given names
Adèle
Surname
de MARLE
Nickname
Ade
Title
Héritière de Marle

Family with parents - View this family
father
mother
herself
Family with Enguerand 1er de BOVES - View this family
husband
herself
son

  1. Generation 1
    1. Adèle “Ade” de MARLE

      Adèle “Ade” de MARLE, daughter of Létaud de COUCY de MARLE and Emma de THOUROTTE. She married Enguerand 1er de BOVES, son of Dreux 1er de BOVES and Adèle de COUCY.

      Children of Adèle “Ade” de MARLE and Enguerand 1er de BOVES:

      1. Thomas 1er “le Loup Enragé” de COUCY de BOVES
  2. Generation 2back to top
    1. Thomas 1er “le Loup Enragé” de COUCY de BOVES

      Thomas 1er “le Loup Enragé” de COUCY de BOVES, son of Enguerand 1er de BOVES and Adèle “Ade” de MARLE. He married 3 times. The first time he married Ide de HAINAUT, daughter of Baudouin II de HAINAUT and Ide de LOUVAIN. The second time he married Ermengarde de MONTAIGU. The third time he married Mélissende de CRECY, daughter of Guy de CRECY-EN-VALOIS and Mahaut de la FERE.

      Children of Thomas 1er “le Loup Enragé” de COUCY de BOVES and Mélissende de CRECY:

      1. Bonne de COUCY
      2. Robert 1er de COUCY de BOVES
  3. Generation 3back to top
    1. Bonne de COUCY

      Bonne de COUCY, daughter of Thomas 1er “le Loup Enragé” de COUCY de BOVES and Mélissende de CRECY. She married Raoul Le PREVOST de BASSERODE, son of Odon Le PREVOST de BASSERODE and Claudine de BOURGOGNE.

      Children of Bonne de COUCY and Raoul Le PREVOST de BASSERODE:

      1. Rainier Le PREVOST de BASSERODE
    2. Robert 1er de COUCY de BOVES

      Robert 1er de COUCY de BOVES, son of Thomas 1er “le Loup Enragé” de COUCY de BOVES and Mélissende de CRECY. He married Béatrix “de Campdavène” de SAINT POL, daughter of Hugues III “de Campdavène” de SAINT POL and Marguerite de CLERMONT en BEAUVAISIS.

      Children of Robert 1er de COUCY de BOVES and Béatrix “de Campdavène” de SAINT POL:

      1. Enguerrand III de COUCY de BOVES
Note
Son mariage avec Enguerrand fut une triste et lamentable histoire. Ade passait sa vie dans la réclusion et les pleurs. Enguerrand s'occupait à la guerre tant contre les seigneurs ses voisins que contre ses propres vassaux souvent révoltés. Le fils aîné d'Enguerrand, Thomas, ressentait vivement l'injustice dont sa mère et lui étaient victimes. La première croisade fut prêchée. L'abbé Guibert de Nogent rapporte que "avec l'autorité d'une mère toujours obéie, la dame de Coucy ordonna à son fils de prendre la croix ... "Votre présence ici irrite monseigneur Enguerrand : allez servir votre Dieu sur la terre... sa miséricorde attendrira votre père". Mais quand elle alla implorer la bénédiction de son époux qui rendait la justice à ses vassaux dans la grand salle de la forteresse .. "me voilà à genoux, et mon fils avec moi..." voici comment il répondit "votre fils ne saurait faire mieux que de partir, madame : sa présence m'est odieuse. Relevez-vous et n'interrompez pas davantage le cours de la justice.... je ne bénirai point un enfant que je puis aimer et que je voudrais voir mort ainsi que vous..." Thomas de Marle, soutenant sa mère évanouie, tremblant de colère, jeta au sire de Coucy un regard si horrible que toute l'assistance et Enguerrand lui-même en furent épouvantés. A la mort de sa mère, lorsque le sire de Coucy voulut demander pardon à son fils, Thomas de Marle en le regardant d'un air sombre répondit : demandez votre pardon à la tombe, quant à moi, je n'ai pas de pardon pour vous. En disant ces mots, il s'élança à cheval et prit la route de Saint-Quentin, où le comte de Vermandois rassemblait les chevaliers de sa bannière. En un clin d'oeil, le sire de Coucy vit ses hommes défaits et massacrés au cri de"Marle! Marle! pour monseigneur Thomas"; tout ce que la barbarie du douzième siècle avait de plus atroce fut mis en oeuvre à l'égard des vaincus. Marle! ce nom arriva jusqu'à l'oreille débile du vieillard... c'est lui ! Toujours implacable, toujours terrible, il n'est donc pas de pardon sur cette terre... "Sire de Coucy", dit la voix impérieuse d'une femme qui se présenta devant Enguerrand, "cinquante des vôtres viennent de trouver la mort sous les coups de votre fils... N'ordonnerez-vous pas enfin qu'un corps plus nombreux l'attaque dans son château de Marle et venge dans son sang ses crimes et vos affronts ?" Celle qui parlait était la dame Sibylle de Château-Portien (ou Porcéan). "Ah Madame" répondit douloureusement Enguerrand, "donnez, si bon vous semble des ordres de mort et de carnage; ma bouche près d'exhaler le dernier soupir ne s'ouvrira plus pour commander à des meurtriers. Quelle injure peut-il me faire qui approche de celles dont j'ai accablé sa mère." http://gw.geneanet.org/cirot?lang=fr;pz=denis+claude+jean+leon;nz=cirot;ocz=0;p=ade;n=de+coucy